Des funérailles pour un nouveau début [Pv Libre]

 :: Paperasses :: Les rp et missions Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noa Uzumaki
Membre
avatar
Noa Uzumaki
Messages : 404
Date d'inscription : 29/03/2014

Fiche du shinobi
Grade: Anbu
Point de vie:
1500/1500  (1500/1500)
Points de chakra:
2100/2100  (2100/2100)
Mer 20 Mai 2015 - 12:12
Il pleuvait, l'eau ruisselait sur mes cheveux et mon visage, mes yeux avaient l'air de pleurer tout comme le ciel a ce moment, c'était fini, tout était fini pour moi... J'allais mourir en ayant échoué, incapable de défendre mon village dont j'étais le kage... Je sentais ma respiration faiblir et mon cœur ralentir, je commençais a refroidir, mon corps refusant de bouger, immobile puis je recrachais une fois de plus ce liquide rouge, vital, et tellement important, refusant de fermer les yeux, d'abandonner, mes paupières étaient lourdes et Aeon retira sa main, me laissant tomber lourdement au sol, tandis que Izuna devait sans doute regarder quelque part... J'étais encore conscient et gisant dans mon sang, je fermais lentement les yeux, regardant une dernière fois le ciel avant de sombrer dans le gouffre infini de la mort, avant d'oublier une fois de plus ce monde pour une deuxième fois mais je doute que cette fois le retour soit possible... J'entendais des bruits, des gens accouraient autour de moi... Tandis que l'akatsuki partait... Je murmurai alors lentement deux mots tandis que tout les villageois étaient autour de moi, cinq médecins ninjas essayaient de me sauver mais en vain, je savais que c'était fini et j'affichais un sourire, heureux d'être mort ainsi, de cette manière plutôt qu'en fuyant puis je vis Hime, elle était belle, j'aurais aimé vivre avec elle, la tirant doucement vers moi et lui caressant la joue, pleurant, oui je pleurais avec le sourire, je la regardais, plongeant mon regard dans le siens et prenant la parole...

- Kaze... Kazehana... Hime... Tu es belle... Je t'aime.... Prend ma place.... Soit le *recrachant du sang* hugh... Le yondaime Raikage...

Je n'avais qu'un seul regret, enfin deux, ne pas avoir eu le temps de lui dire plus tôt et d'avoir échoué a tuer Aeon Cliff et Ashley Nitsu. Restant encore conscient cinq minute (au cas où tu veut dire quelque chose) et fermant les yeux pour la dernière fois...



♦ -------------------- ♦ -------------------- ♦




La paix est mon nindo, je l'atteindrais et stopperai la chaine infernal de la haine

Thème de Noa:
 


Thème de Kalia:
 
Noa Uzumaki
Revenir en haut Aller en bas
Meï Nishimura
Mamie du forum
avatar
Meï Nishimura
Messages : 169
Date d'inscription : 02/05/2015

Fiche du shinobi
Grade: Juunin
Point de vie:
1000/1000  (1000/1000)
Points de chakra:
1000/1000  (1000/1000)
Jeu 21 Mai 2015 - 16:38



J'avais fais ce que j'avais pu mais mon opération n'était pas encore terminée. Je devais encore organiser les équipes des Gennins restants pour parcourir les ruines du village. Bon d'accord, je ne suis peut-être pas le chef mais il faut bien que quelqu'un les prennent en charge le temps de la galère. Depuis les Cieux, je commence à ressentir les gouttes de pluie qui accompagnait la tempêtes d'éclairs qui frappe les Montagnes du pays de Kaminari No Kuni. Levant alors la tête, je me demande si c'est bon signe... Une légende raconte que la pluie serait les larmes des dieux... Je suis peut-être croyante mais je ne suis pas capable de dire si cette légende est vrai. Plusieurs de mes camarades en font autant et me demande si cela est signe d'un mauvais présage... Mélancoliquement, je leur réponds que je n'ai pas de réponse mais j'avais ce pincement au cœur... Quelque chose me disait que notre leader était mort. Je refuse d'y croire.... Je n'ai pas vu son corps... Senseï... Vous vous êtes battu pour ce village alors que vous n'y êtes pas né... Il y a eu trop de sacrifices et le village n'en peut plus... Regardant autour de moi, je sais que Kumo va avoir du mal à se reconstruire. J'ignorais même si les nuages rouges étaient partis... Cependant, il n'y avait plus aucun bruit de bataille. Aidant tout le monde, j'essayais de ne pas me montrer vindicative et encore moins comme celle qui donne l'es ordres. C'est tellement la panique que cela n'était arrivé d'emblée. Mais je ne faisais qu'appliquer les ordres de mettre les Civils à l'abri. Rien de plus et rien de moins. Ce n'était pas mon rôle et je n'étais qu'un Gennin. Une voix me sort de mes pensées et montre un regard surpris. Hein ? C'est moi qu'on appelle. Je secoue ma tête avant de rejoindre la personne qui m'appelle.

J'étais trempée mais je m'en fichais. Je portais simplement une cape qu'on m'avait filé lorsque j'avais ramener Gin pour des soins. Il n'y avait peut-être plus d’hôpital mais il restait des médecins et des infirmiers. Bien qu'eux aussi soit maintenant une denrée rare... Saleté d'Akatsuki... Ils ont ravagé le village et je me sentais vraiment impuissante face à tout ce massacre. Car oui, on pouvait véritablement parler de massacre. Dés leur arrivée, les porteurs des nuages rouges avaient détruits plusieurs endroits stratégiques. Et cela ne va pas se passer par la suite et la famine risque de s'installer sur le village. Discutant avec la personne, elle m'annonce que le Kage est grièvement blessé et qu'il a demandé à me voir. Mon sang ne fait qu'un tour et je comprends mieux pourquoi la pluie tombe sur le village alors qu'on général, il y a bien plus souvent des tempêtes d'éclairs et de tonnerre. Me signalant où il se trouve, je me mets à courir en direction du lieu donné afin d'aller retrouver mon senseï. Ainsi donc les Dieux avaient décidés que notre leader rejoindrait les limbes... Le cœur pincé, je ne pouvais pas rester insensible face à une telle nouvelle. Me dépêchant, j'avais quand même suffisamment d'endurance pour me rendre là bas. Sur place, je remarque qu'il y a foule et une lumière bleuté... Les médecins devaient déjà être sur place. Ralentissant derrière eux, les civils présents me laisse passer et je le vois allongé sur le sol. Regardant les médecins, ils hochèrent la tête et je m'approche avant de m'agenouiller devant son corps. Le regardant de la tête au pied, je comprends rapidement qu'il ne va plus tarder.


« Raikage-sama... ». Il est vraiment faible mais au vu de ses blessures, c'est normal. Je suis même encore étonnée qu'il ai encore les yeux ouverts. C'est alors qu'il m'attire vers lui et je ne savais pas du tout, ce qu'il allait me dire. Je le voyais pleurer avec le sourire. Il s'était battu pour le village et il avait fait ce qu'il fallait pour nous protéger mais soyons honnête, l'Akatsuki pourrait prendre le contrôle du village et placé l'un des leurs à sa tête. L'orage était là et la pluie continuait de tomber. Je lève ma main pour venir la déposer sur le visage du chef du village. Il me regardait et je restais silencieuse. Mon senseï se trouvait là entre mes bras et je ne savais pas quoi faire. Il trouve quelques forces pour s'adresser à moi et quelques larmes apparaissent sur mon visage. Comme tout le monde, j'avais aussi des sentiments qui me sont propres. Je n'ai jamais voulu la mort de mon senseï. J'avais clairement entendu sa demande... Il voulait que je devienne le Yondaime Raikage... Mais je ne peux prétendre à un tel titre. Comment une vulgaire gennin peut marcher dans les pas des plus grands hommes de ce village. Faisant non de la tête, le village avait besoin de lui. J'étais son élève et pourtant, je n'avais fais que le décevoir depuis mon arrivée à Kumo... « Senseï... Restez avec nous, le village a besoin de vous... ». Je lâche ses larmes qui se mélangent aux gouttes de pluie et je lui prends une main pour la serrer fortement dans la mienne. On ne peut pas le laisser partir comme ça... Il est vrai que cela ne fait pas très longtemps qu'il était à la tête de ce village mais mérite-il vraiment de nous abandonner comme ça ? Les médecins avaient aussi entendu sa demande et je le vois fermer les yeux. Baissant la tête, mon sensei n'est plus et Kumo est encore en proie au noir et au chaos. Prenant quelques secondes, je relève la tête avant de déposer un baiser sur son front. « Que la clémence des dieux vous permette de rejoindre votre havre de paix... Sandaime Raikage... Reposez en paix... ». Fermant les yeux, je relâche la pression et je me mets à pleurer avec le plus de silence possible. Je n'avais pas accepté sa demande et je ne savais pas quoi faire. Devais-je accepter ou refuser de lui succéder ? Attrapant le chapeau jaune, je le regarde de long moments avant de le poser sur la tête de Noa. Ce chapeau lui appartient encore... Du moins, tant que son remplaçant n'a pas été nommé. Me redressant, je prends le corps de Noa sous les genoux et le dos afin de le soulever. Le Raikage était mort pour nos vies et tout le village devait le voir. Mais on pourrait penser que je vais me balader avec alors que je vais simplement le mettre à l'abri. Il aura le droit d'avoir un enterrement digne de ce nom. Il nous a tous sauvé alors c'est la moindre des choses que de lui permettre de retrouver les Cieux.  « Des funérailles seront célébrées mais il y a plus urgent à faire... ». Sans plus attendre, je me mets à marcher en direction des ruines...  Même moi, je ne savais pas où j'allais mais j'avais laissé sur sa tête le chapeau jaune et blanc, signe de son rang parmi nous...





Post 1/2



♦ -------------------- ♦ -------------------- ♦



Meï Nishimura
Revenir en haut Aller en bas
Meï Nishimura
Mamie du forum
avatar
Meï Nishimura
Messages : 169
Date d'inscription : 02/05/2015

Fiche du shinobi
Grade: Juunin
Point de vie:
1000/1000  (1000/1000)
Points de chakra:
1000/1000  (1000/1000)
Jeu 21 Mai 2015 - 19:28



Quelques jours se sont écoulés depuis la mort du Sandaime. Suite à la demande de mon senseï, j'ai acceptée de m'occuper du village en attendant que le Daimyo du pays nomme un autre chef pour le village. J'avais passé beaucoup de temps à réfléchir et j'avais lancé la reconstruction des lieux les plus important : l’hôpital, certains commerces et j'ai déclenché un plan d'urgence pour venir en aide aux survivants. Le village est en ruine et je regarde avec désespérance ce qu'il reste... Ici, le sang avait que trop couler. Ici, des tas de civils sont morts... Je ne savais pas par où commencé et je ne portais même pas le fameux chapeau jaune... Pour moi, je n'avais pas à le porter, je ne suis pas Raikage... Ces dernières nuits ont été éprouvantes et très courtes mais je ne tenais debout afin de donner un coup de main. La fatigue se voyait sur mon visage et on me disait que je n'avais rien à faire là. Mon œil, je suis avant tout Gennin de ce village et ma place est ici, auprès du peuple. Les temps sont durs pour tout le monde, moi y compris. Je dormais dehors et je mangeais peu... Ma priorité était pour les malades et les civils...  Je n'étais qu'un grain de sable dans ces ruines du passé qui font mettent un certain temps pour se redresser. Déjà que le village n'était pas entièrement reconstruit lors de cette attaque mais là, cela n'irait peut-être pas en s'arrangeant. Chevelure foncé, je l'avais attaché avec mon bandeau de gennin et je travaillais avec tous les autres sans me poser de question. Lorsqu'on avait besoin de quelque chose, j'allais toujours le chercher.

Tout commence par là mais je suis une survivante avant d'être l'intendante du village. Et j'espère que cela ne va pas durer. L'effort pour tout reconstruire va être long et difficile pour tout le monde et nous vivons presque tous dans la rue quelque soit le temps. Le soleil est souvent là mais les tempêtes aussi. Il s'agit de notre élément de prédilection et jamais on ne doit oublier nos origines. Par ailleurs, c'est cette après-midi que se tiendra les funérailles de Sandaime-sama... Ses dernières paroles restent gravés dans ma mémoire. Si je n'attendais à ça... Vraiment, vous avez été quelqu'un de surprenant, Senseï. Levant mon bras, j'essuie mon front qui transpire. Nous avons un peu de matière première et cela nous permettra de reconstruire les bâtiments principaux. Nous sommes importateurs de roches et de pierres qui permettent la fabrication de ce qui nous est nécessaire. Il est aussi vrai que la Tour du Raikage est aussi en ruine mais pour moi, ce n'est pas le bâtiment le plus important. Je me mêlais à la foule avant qu'un ninja vienne me trouver. Je le vois à genou et je lui fais signe de se redresser.« Pas besoin de vous agenouiller devant moi, je ne suis pas Raikage... ». Il se redresse et il me signale l'arrivée du Daimyo. Le remerciant, je quitte donc mon poste avant de me présenter devant le seigneur du pays. Je l'ai prévenu par oiseau messager et il était important qu'il soit présent. La succession se fera en même temps. J'étais sale et mes vêtements aussi. Mais je devais reconnaître que je m'en foutais royalement. Je n'étais pas du genre à ne pas aider. C'est mal me connaître. Je ne suis pas du genre à rester assise derrière un bureau et à attendre que les autres fassent le travail à ma place. Cela ne l'a jamais été et cela ne le saura jamais. Disparaissant du champ de reconstruction, je saute d'un coté puis de l'autre afin de rejoindre le Daimyo à l'entrée du village. Je ne pouvais pas me permettre de le faire attendre. Mais il me fait quand même plusieurs minutes pour le rejoindre. Arrivant sur place, les ninjas l'ayant accueillit s'incline devant moi et je leur fais signe de se redresser.

« Maître Daimyo. Soyez le bienvenue dans les ruines de Kumo ... ». On pourrait penser que j'avais honte de le dire mais j'étais plus en colère... Cette reconstruction va coûter cher et sera très longue. Mais avec notre situation, on ne peut pas rester aussi vulnérable. Après m'être moi-même incliner devant le seigneur du pays, je l'invite à me suivre sous une tente qui se trouvait non loin de là. Eh oui, beaucoup d'entre nous vivait sous des tentes en raison de leur logement détruit et c'est aussi mon cas. Mais je n'ai pas à me plaindre... Je ne suis pas celle le plus à plaindre. Comme je m'y attendais, je prends une soufflante mais je tiens à lui rappeler qu'un leader se doit d'être proche de ses hommes et de son peuple et que c'est aussi une façon de faire. Cela commence bien dis donc... La discussion fut relativement houleuse mais je ne pouvais contester le fait que Sandaime m'avait cité pour le remplacer. Oh non, je n'ai pas oublier... Je ne pourrais jamais oublier... Je revois encore son visage et je serre les poings tout en me crispant sur place. Dés lors, le Daimyo me laisse jusqu'aux funérailles pour y réfléchir tandis que je le fais placer dans un lieu provisoire où il reste l'invité de ce village. Je ne savais pas quoi penser et je ne savais pas quelle décision prendre. Restant enfermée dans cette tente, je demande à ce qu'on me laisse tranquille... J'avais besoin de réfléchir... Seule...

----------------------------------------------------------

L’Après-midi arrive plus vite que je ne l'aurais cru et j'étais restée dans cette tente jusqu'à ce que le daimyo revienne me voir. Malgré le temps imparti, je ne savais toujours pas quoi faire mais je savais que le village avait besoin d'un leader. Les funérailles ne devrait plus tarder et je n'avais pas encore donner ma réponse. Devais-je prendre le pouvoir ou bien le laisser ? Si Noa-sama m'avait cité, ce n'est pas par hasard même si je ne comprends toujours pas. Mais je n'étais pas plus qu'un gennin et je n'avais ni les compétences ni la puissance. Et si l'Akatsuki revenait ? Et si Kumo subissait de nouveau une attaque dans les semaines à venir ? Comment suis-je censé réagir ? Je ne savais plus. Une énième discussion s'engage pendant un petit moment jusqu'à ce que la trompette sonne... Les funérailles vont commencer. Ouvrant les yeux, je regarde le seigneur des Nuages...  « Vous avez gagné... J'accepte de devenir Yondaime Raikage... ». Sur ces mots, on me remet la tenue jaune et blanche avant que je quitte la tente en laissant des larmes s'échapper. J'avais céder et de très lourdes tâches sont désormais sur mes épaules. Pourquoi moi, bon sang ? Par tous les dieux, est-ce une signe de la grâce divine ou alors une malédiction ? Marchant en silence, je rejoins la grande place où se trouvait un auvent noir. En dessous, il y a une photo du Sandaime et son cercueil... Portant le chapeau jaune et blanc avec la longue tunique, les gens s’inclinèrent devant moi tandis que je termine mon chemin sous le auvent. Quelques instants plus tard, le Daimyo me rejoint avec un sourire sur les lèvres...

Oui , il a réussi à me faire céder. Mais honnêtement, je ne savais pas trop où je mettais les pieds... Ni ou ce chemin allait me mener. Tête baissée, je regarde le corps de mon senseï et le chapeau cachait mon visage... Tout le monde avait en main une rose blanche et après un petit discours du pays, je suis la première à poser la fleur sur le cercueil du sandaime. A côté de sa photo se trouvait toutes celle de ceux qui sont morts qu'ils soient ninjas ou civils et la liste était relativement longue. Reculant de plusieurs pas, je laisse tout le monde déposer leur fleur main devant moi et j'avais les yeux fermés en silence. J'ai fini répondu à la demande de mon senseï même si je ne comprends pas son choix. Ce jour... Il s'agit d'un jour de deuil, même pour moi. C'est alors que la voix du daimyo se fait entendre et il me présente comme étant le Yondaime Raikage. Mais c'est en relevant la tête que je remarque que tous s'incline devant moi... J'étais terrorisée... et cette accession au pouvoir me fait peur... Moi, une simple gennin... Me voilà alors à la tête d'un village... Voyant que je ne bougeais pas, le Daimyo demande la relevé et je reste là silencieuse... Mais tous les regards sont fixés sur moi jusqu'à ce que le seigneur du pays pose sa main sur mon épaule en me murmurant que c'était à mon tour. Prenant une grande inspiration, je devais me ressaisir. Je n'avais pas le droit de faiblir, je ne pouvais pas... Plus maintenant.M'avançant de quelques pas, je relève la tête et le chapeau jaune révèle mon visage dissimulé sous lui. Un chapeau si léger mais si lourd à la fois.

« Quand une personne quitte ce monde, son passé, présent et futur... Tout disparaît en même temps qu'elle. Beaucoup de gens meurent en accomplissant leur devoir comme ce fut le cas pour beaucoup de ceux à qui nous rendons hommage aujourd'hui mais ils ne font sans regret. Ceux qui passe dans l'autre monde ont eu eux aussi des rêves, tout le monde a quelqu'un d'important dans sa vie : un parent, un frère, un sœur, des amis, des amants... Ils se font confiance et ils s'entraidaient. Ce sont des gens que nous avons chéri, que vous avez chéri et le lien qui vous a uni devenait de plus en plus fort. Plus le temps passait et plus il se renforçait.   ». Je reprends alors mon souffle tandis que certains pleurs se font entendre. Devant se trouvait les survivants ninjas et derrière eux les civils. C'est une cérémonie importante pour le village... Mais aussi pour moi... C'est mon dernier adieu envers mon senseï... Mais c'est aussi le dernier adieu d'un village envers son défendeur et son protecteur. Il demeurera un héros à jamais. Mais je devais garder la tête haute et réprimer mes sentiments. Désormais, je n'ai plus le droit de pleurer, plus le droit de me plaindre... Tant que je porte ce chapeau, je dois tout faire pour aider et reconstruire le village. « Peu importe la situation dans laquelle ils se trouvent, les ninjas n'ont pas le droit de montrer leur émotions. Ils doivent toujours donner la priorité à leur mission et ne jamais verser de larmes quelque soit les circonstances. C'est ce que Sandaime a fait. Il s'est battu pour notre survie, il s'est battu pour notre salut et notre avenir. Sa mort a un sens, il nous a laissé quelque chose de très important que nous allons devoir appréhender avec servitude et hommage. Il était le Sandaime depuis peu mais son sacrifice nous a permis de lui rendre hommage aujourd'hui. Malgré tout, il nous a légué un héritage, un savoir et nous ne devons pas baisser les bras. Le village a toujours tout affronté ensemble et cette fois ne fera pas exception. Selon les volontés du Sandaime, j'ai accepté de reprendre les rennes du village. Cela ne sera pas simple et la période sera longue et difficile pour beaucoup d'entre nous mais n'oublions pas que nous devons rester soudés et s'entraider comme il l'aurait fait pour nous... Peu importe les obstacles, peu importe les barrières, ce village se relèvera plus fort que jamais. Moi, le Yondaime Raikage, je jure de faire tout ce qui est en mes pouvoirs pour relever le village … En la mémoire du Sandaime, montrons aux autres nations que Kumo est toujours debout et qu'il est prêt à faire face... Montrons lui que son sacrifice n'aura pas été vain... Faisons ce qui le rendrait fier du village … ». Je venais de finir et je regarde tout le monde avant de moi-même m'incliner devant eux. Sans eux, je ne suis rien de plus qu'un ver de terre et  même si je dois désormais les diriger, je leur dois un profond respect. En relevant la tête, je vois les ninjas à genoux devant moi et je reste surprise sous ce qui m'arrive d'un coup... C'est arrivé trop vite. Je finis par leur faire signe de se redresser. Puis je me retourne pour faire face au cercueil et au portait de senseï. M'avançant quelques pas, je prends le portrait dans les mains et je regarde la photo en lui vouant une dernière prière ainsi qu'une dernière pensée... Je ne vous décevrais pas, Sandaime-sama... Et j'espère que depuis les Cieux, vous nous voyez... Reposant la photo, je fais alors un signe de croix, symbole de ma foi envers les êtres supérieurs. Mais cela ne regarde que moi... « Sayonara... senseï ... ».



Post 2/2



♦ -------------------- ♦ -------------------- ♦



Meï Nishimura
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» [RP] Funérailles du sergent Krisk (22 mars 1457)
» 01.01/24.C.Les funérailles d'Alicia Arkin
» Funérailles officielles de notre chère Baba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto RP, la voie du shinobi :: Paperasses :: Les rp et missions-
Sauter vers: