Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Eizo Fuyusaki
Membre
avatar
Eizo Fuyusaki
Messages : 268
Date d'inscription : 28/09/2013

Fiche du shinobi
Grade: Anbu
Point de vie:
1500/1500  (1500/1500)
Points de chakra:
1500/1500  (1500/1500)
Mar 20 Oct 2015 - 22:29
On trouve, entre autres, trois avantages distincts aux régimes politiques théocratiques : on dispose d’une religion que l'on impose aux habitants, dont ceux-ci ne se plaignent généralement pas et qui les tiens tranquille selon un code moral précis et qui les fait accepter n’importe quelles doctrines et lois du gouvernement et dans certains cas les fanatise même à leur dirigeant ; les classes les plus riches bénéficient d’avantages, par exemple une main mise sur certains secteurs commerciaux ou une exemption d’impôts, en échange d’une fidélité au gouvernement ; et enfin les élites intellectuelles sont maintenues dans le rang par une autorité intellectuelle rattachée au gouvernement qui les surveille de près. Cependant, un seul ennemi venant de l'intérieur peut se prouver mortel face à ce type de gouvernance : les intellectuels qui n’ont rien à gagner en prenant part dans ce système car ils ne font ni partie de la noblesse ni d’une organisation régie par l’autorité intellectuelle précédemment citée. Et ces intellectuels s'opposent au chef car ils méprisent l’obscurantisme dont il fait usage, et qu’ils en font les frais.

C’était notamment le cas de Kozoki Nuraka. Issu d’une famille de paysans du pays de la Terre, il avait travaillé, et ce dès ses seize ans, en tant que majordome dans une famille de petite noblesse résidant dans son village. Il avait réussi à avoir ce travail car, en plus d’avoir appris à lire grâce à ses parents, seuls lettrés du peuple dans son village, il avait étudié seul l’étiquette de la noblesse ainsi que la prononciation des mots selon l’accent d’Iwa, et s’était ainsi débarrassé de son patois natal. Il avait signé son contrat avec la noblesse avec en tant que paiement seulement la moitié du salaire normal, mais un accès libre à la bibliothèque du manoir, la lecture étant sa grande passion. Là, où il avait travaillé pendant dix années consécutives, il avait pu lire les grands philosophes, avait accumulé savoir après savoir, et surtout appris à aimer le monde dans lequel il vivait : le Daimyo n’était pas tyrannique, et le pays était prospère. Cependant, cette belle époque de sa vie arriva à son terme. Les nouvelles de la mort des membres du conseil des anciens et de l’assassinat du Daimyo de la terre parvinrent deux semaines suivant les faits dans le village dans lequel habitait Kozoki. Les habitants avaient été quelques mois auparavant visités par un missionnaire de la religion prêchée par un certain Izuru Shiro, un Shinobi d’Iwa très respecté, et avaient tous été convaincus de se convertir. Quant à Izuru Shiro, il n’était alors qu’un Shinobi ; mais cela avait changé puisque c’était lui qui avait mené le coup d’Etat à Iwa.

Ces nouvelles donc provoquèrent deux réactions chez les villageois : d’une part, ils furent transportés de joie : leur religion avait vaincue l’établissement Shinobi du Pays de la Terre. En effet, ils étaient fanatisés à ce point. Kozoki Nuraka, malgré ses origines paysannes, était loin d'apprécier la nouvelle, mais que pouvait-il faire, lui, simple, majordome ? Il n’avait donc fait que broyer du noir à cette annonce. Cependant, tout ceci ne fit pas qu’en rester là : qu’ils en reçurent l’ordre ou non, les villageois prirent les armes, décidés faire eux-mêmes leur propre révolution, et à réduire en cendre le manoir du seigneur de leur village.

Il y eut un court combat entre les paysans et les quelques gardes de la propriété du noble, qui résultat en la défaite de ces derniers.  Le noble ,lui, tenta de s’enfuir avec sa famille, mais ils furent vite rattrapés par les assaillants, qui le firent exécuter lui, sa femme, et ses deux enfants le lendemain en place publique.

Kozoki Nuraka, lui, était parvenu à s’échapper avec l’aide du capitaine de la garde, un quadragénaire aux cheveux grisâtres, à la peau bronzée et arborant une cicatrice sur la joue, portant le nom de Ryuunosuke Shifu, également ancien membre de l’Anbu d’Iwa. Suite à cela, les deux hommes parcoururent  le pays pour se rendre à Iwa. Ils partageaient une haine commune pour le nouveau gouvernement, et cherchaient vengeance pour leur seigneur… Et leur famille, dans le cas de Kozoki : le soir de l’attaque, son propre père, fanatisé, avait essayé de le tuer, mais il avait été sauvé in-extremis par l’ex-Anbu. Un problème se posait: que pouvaient-ils faire face à leur ennemi, dirigeant de toute une armée, eux, un ninja et un homme incapable de combattre ?

Mais Kozoki élabora vite un plan.

----------------------